FutureMag.fr : toute l'actualité sur l'innovation et le monde de demain
Économie

Dollarisation de l’économie : le marché s’adapte à la nouvelle donne

Dollarisation de l'économie : le marché s'adapte à la nouvelle donne

La ruée du Liban pour acheter des dollars se poursuit et le taux de change du billet vert atteint des sommets chaque jour. C’est une réaction compréhensible pour ceux qui cherchent à protéger leur argent de l’inflation et de la baisse du pouvoir d’achat de la monnaie de leur pays.

Pourquoi rendre les choses difficiles quand on peut le faire facilement, soutiennent certains experts financiers, qui s’intéressent au plein dollar de l’économie libanaise. C’est déjà plus de 80% de dollars, la conversion des plus ou moins 20% restants est plus facile à faire que le processus inverse. Cela dit, le marché, les opérateurs économiques et le gouvernement lui-même semblent avoir entamé le processus d’adaptation à la nouvelle donne.

Dans le but de s’adapter au marché, la décision de l’Autorité de l’aviation civile de percevoir en nouveaux dollars à partir du 11 août 2022 la taxe de sortie pour les passagers passant par l’aéroport international de Beyrouth. Une sage décision, qui aurait dû être prise depuis longtemps. Les encaissements, qui s’élèvent à 35 dollars par porteur, sont enregistrés depuis jeudi dernier au taux Sayrafa au lieu d’être calculés sur la base du taux officiel de 1 507,5 livres. Ainsi le Trésor récoltera plus d’un million de livres par personne qui quitte le sol du Liban, alors que ce montant n’était que de 53 500 livres avant le 11 août. Le transporteur ne paie pas le reste puisqu’il paie déjà le prix du billet en espèces, ce qui comprend la taxe de sortie. Ceci est conforme à la règle selon laquelle l’impôt doit être déduit du revenu perçu. Sachant, par ailleurs, que le secteur touristique a atteint son paroxysme en juin 2021 lorsque les transports et la MEA ont décidé de percevoir le prix des billets d’avion en dollars et en espèces. Selon les chiffres de l’association touristique, l’industrie du voyage verse au fonds alors que la vente de billets d’avion a atteint 60 millions de dollars par mois en 2021, ce chiffre a connu une augmentation de 50% pour l’année en cours, selon la même source.

Pendant ce temps, le programme de taux de change personnalisés ne semble pas avoir terminé son parcours. Alors que le débat sur ce sujet s’avère être une discussion utile, il dure depuis trop longtemps et est parfois sorti de son contexte. Cependant, dans une économie effondrée comme le Liban, où la consommation est atone et la croissance est négative, l’augmentation du dollar de référence de la culture pour refléter celui du marché commun ne produira que des revenus comptables. Quant aux dérogations à la référence du taux douanier du dollar, elles seront à l’origine de la création de nouveaux marchés noirs et de l’engorgement du marché local en produits directs, ainsi que de la raréfaction de bien d’autres choses.

Related posts

Le ralentissement de l’économie sort de la dynamique du cloud

1 an ago

L’économie circulaire : les grandes entreprises peuvent mieux faire

1 an ago

Michel Cicurel : « L’économie a besoin de protocoles de réanimation »

1 an ago
Quitter la version mobile