Publié le 8 sept. 2022, 9 h 34 Mise à jour : 8 sept.

Avec un objectif de croissance de 25% d’ici 2025, qui fera passer son chiffre d’affaires de 7,5 à plus de 9 millions d’euros, Culture d’Objet, le spécialiste de la conception de décors pour les géants du luxe, doit se développer. La PME, implantée au cœur d’une zone d’activité industrielle à Fontenay-le-Comte (Vendée), investit 4 millions d’euros dans la construction d’une plateforme de stockage à côté de ses ateliers.

Le bâtiment, qui devrait être mis en service à l’été 2023, s’étend sur une superficie de 2 600 m2 et sera équipé de panneaux photovoltaïques en toiture, ce qui apportera une autonomie énergétique au site. Le programme devrait conduire à la création de 14 à 17 emplois. Deux « ateliers relais » de 380 m2 sont également prévus pour accueillir les artisans susceptibles de travailler avec Culture d’Objet.

PME est spécialiste de la décoration de boutiques et de stands d’exposition éphémères destinés aux plus prestigieuses marques d’horlogerie, de joaillerie et de haute couture. Sur son site de 4 500 m2, une quarantaine de menuisiers, tapissiers, peintres, sculpteurs, mais aussi designers 3D et opérateurs de machines CNC donnent vie aux projets les plus fous des designers des groupes LVMH, Richemont et Kering.

Artisans de l’impossible

Artisans de l'impossible

« On fait tout ce qui est impossible », résume Antoine Lecestre, directeur de production de Culture d’Objet. Fondée il y a tout juste 30 ans par Patrice Carnet, diplômé d’Arts Appliqués, l’entreprise vendéenne est dotée de moyens de production de pointe, de la découpe laser à l’impression 3D. Sur le même sujet : Drôme. Microfolie : belles vacances numériques à Pierrelatte jusqu’au 29 juillet. Son ambition est en effet de renouveler le savoir-faire artisanal pour l’adapter aux évolutions et exigences des marchés du luxe.

Pour réduire son empreinte carbone et celle de ses clients, Culture d’Objet s’engage dans une politique de performance sociale et environnementale. L’entreprise a mis en place un programme d’éco-conception, de réutilisation et de recyclage des matériaux produits pour les boutiques et salons de ses clients. C’est ce qui lui vaut un regain d’intérêt de la part des grandes maisons, à l’heure où leurs pratiques sont observées à la loupe.

« Autrefois, tout ce qui servait était jeté. Aujourd’hui, nous proposons à nos clients la gestion optimisée de nos réalisations avec le réemploi des matériaux, la récupération de matériaux nobles et la rénovation d’expositions qui voyagent à travers le monde », explique Antoine Lecestre. Cette stratégie RSE a valu à l’entreprise une médaille d’or Ecovadis en juin 2022.

Culture d’Objet réalise dans ses ateliers des expositions éphémères qui font le tour du monde et décorent les magasins des plus grandes maisons de luxe françaises.Culture d’Objet

Le Ministère de la Culture invite les communes d'Aubois, Vosges et Ardennes à identifier leurs objets protégés
A voir aussi :
La Direction Régionale des Affaires Culturelles Grand Est invite les communes des…