Publié le 10 octobre 2022 à 18h09 Source : JT 20h jours de la semaine

Publié le 10 octobre 2022 à 18h09

Pour réaliser des économies d’énergie cet hiver, le gouvernement insiste sur la nécessité de limiter le chauffage à 19°C.Cette température a-t-elle un impact sur la santé, en particulier pour les plus fragiles ?Si les médecins ne se montrent pas alarmistes, ils soulignent que nous ne sommes pas tous égaux face au thermomètre.

Pour faire des économies d’énergie cet hiver, le gouvernement insiste pour que le chauffage soit limité à 19°C. A voir aussi : Santé : tout un système à évaluer.

Cette température affecte-t-elle la santé, notamment pour les plus vulnérables ?

Si les médecins ne s’alarment pas, ils soulignent que nous ne sommes pas tous égaux face au thermomètre.

Le gouvernement et l’Ademe intègrent le chauffage dans le plan de sobriété énergétique. Pour passer l’hiver sereinement et réduire les risques de pénurie, le chauffage à 19°C est défini comme une règle, valable aussi bien dans les entreprises que chez les particuliers, sans oublier les bâtiments publics.

Cette température est également recommandée en Suisse, où certains médecins estiment qu’elle ne serait pas sans conséquence sur la santé. On fait le point.

La Communauté des Professionnels de Santé du Pays Bigouden est née
Voir l’article :
Comment dire bonjour en breton ? Comment dire bonjour en breton ?…

18°C au minimum, selon l’OMS

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), chauffer à 19°C n’est pas un problème. « La température intérieure du logement doit être suffisamment élevée pour protéger les résidents des effets néfastes du froid sur la santé. Pour les pays aux climats modérés ou plus froids, 18C a été recommandé comme température intérieure sûre et équilibrée pour protéger la santé du grand public avec pendant les saisons froides. Ceci pourrez vous intéresser : Réforme des études de santé : le poids des oraux dans les PASS et L.AS contestés. » , peut-on lire dans des documents officiels.

Il n’en reste pas moins que les médecins suisses cités dans les médias affirment que le rhume est le résultat d’une « tension musculaire accrue en l’absence de mouvement ». Si celle-ci est « longue, cela peut entraîner des maux de dos et des irritations des tendons, voire des hernies discales », rapporte le média suisse 20 Minutes. Côté belge, le dermatologue Dominique Tennstedt émet aussi quelques réserves : « Il faut oublier que le cerveau déteste le froid et va automatiquement forcer la circulation périphérique à se fermer », glisse-t-il au site du Vif. « Le froid crée un phénomène de vasoconstriction. Il y aura moins de sang qui entrera dans la peau, les muqueuses. Ces dernières seront moins arrosées, et du coup moins de globules blancs, ils seront plus sensibles aux infections par exemple. »

Contactée par TF1info, Isabelle Legras constate que « nous manquons actuellement d’études sur les conséquences de travailler à ces températures ». Secrétaire générale par intérim du Syndicat national des professionnels de la santé au travail (SNPST), elle estime surtout qu’il est « judicieux de comparer des personnes en Ehpad qui resteront essentiellement allongées avec des classes de lycéens ». Si elle comprend qu’on veut « faire des généralisations » avec la seule température, il faudrait à ses yeux tenir compte de certaines situations particulières. « Personne ne va en mourir, bien sûr », glisse le spécialiste, « mais entre une occupation physique dans laquelle une personne est très active et une autre dans laquelle une personne reste très statique, les problèmes potentiels ne sont pas les mêmes. »

Le représentant du SNPST rappelle que « les troubles musculo-squelettiques, comme les maux de dos, dépendent des efforts fournis autant que de l’environnement. Humide, froid… » Isabelle Legras s’interroge : en marge de ces consignes, « invite-t-on les employeurs à réfléchir aux conditions de travail ? » Et prend l’exemple des professionnels de l’hôtellerie, dont les tenues sont trop souvent contrôlées. « L’idéal, c’est les gens de pouvoir s’habiller de vêtements chauds, de pouvoir choisir leurs vêtements en général. » Une caractéristique extrêmement importante pour « les personnes ayant des problèmes de circulation périphérique, au niveau des doigts par exemple ». Dans ce contexte, il est également très utile de pouvoir faire des pauses, car « bouger aide à réchauffer le corps. Les muscles n’aiment pas être froids, encore moins statiques. Il ne faut pas non plus hésiter à aller boire un verre. chaud « ..

S’il n’y a pas de risque majeur à craindre, la vigilance s’impose, d’autant qu’un thermostat à 19°C ne sera pas toujours synonyme d’une température uniforme dans une pièce. Avec ses collègues ergothérapeutes, Isabelle Legras estime que « jusqu’à présent, il n’y a pas beaucoup d’inquiétude sur les problèmes thermiques dans les bâtiments, et que les ouvriers sont parfois des variables d’ajustement ». Elle prend alors l’exemple de la canicule de l’été dernier, qui a mis en lumière la problématique de l’isolation des habitations, notamment pour les professionnels. Les vagues de chaleur et de froid pourraient être l’occasion d’alerter sur ces sujets, selon le responsable du SNPST, « d’autant plus qu’on sait qu’il s’agit d’événements climatiques beaucoup plus extrêmes ».

Vous souhaitez nous poser des questions ou soumettre des informations que vous ne jugez pas fiables ? N’hésitez pas à nous écrire à lesverifiés@tf1.fr. Vous pouvez aussi nous retrouver sur Twitter : notre équipe est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.

Tendance de dernière minute la plus lue

Comprendre - enfin - les politiques de santé
Sur le même sujet :
le publier Il y a 7 heures, Mis à jour il y…

Quel est le chauffage qui consomme le moins ?

Le poêle à bois (bûches ou pellets) est le système de chauffage le moins consommateur, il est donc particulièrement économique grâce à un mode de 40 euros/MWh.

Quelle est la méthode de chauffage la moins chère ? Le chauffage au bois est l’énergie la moins chère du marché, beaucoup moins chère que les énergies fossiles, dont le prix ne cesse d’augmenter. Il permet de diviser par 2 la facture de chauffage et, en plus, un investissement abordable.

Comment faire pour se chauffer gratuitement ?

Pour chauffer gratuitement votre logement, il est donc recommandé de :

  • Faites entrer le soleil en nettoyant les fenêtres et les baies vitrées;
  • Laissez la chaleur de la salle de bain se répandre dans la maison après la douche ou le lavage ;
  • Cuisinez, mangez chaud et profitez de la chaleur des plaques et du four ;

Quelle est le mode de chauffage le plus économique ?

Le chauffage au bois, l’énergie la plus économique Il existe deux grands types de chauffage au bois : le poêle à bois et la chaudière à bois. Ils sont très économiques car le bois est le combustible le moins cher du marché.

Quels sont les inconvénients d’une pompe à chaleur air-air ?

Ce type de pompe à chaleur contrôle le passage d’un réseau de conduits d’amenée d’air ; Son niveau sonore est assez élevé ; Son coût total n’est pas éligible aux subventions allouées par l’Etat dans la stratégie énergétique.

Combien coûte une pompe à chaleur pour une maison de 100 mètres carrés ? Pour une maison de 100 m², le prix d’une pompe à chaleur se situe entre 6 000 et 16 000 € en moyenne. Le coût varie selon le type d’équipement : pompe à chaleur air-eau, air-air, géothermie, réversible ou non.

Quelle est la durée de vie d’une pompe à chaleur air-air ?

Un système aérothermique de bonne qualité a une espérance de vie d’environ 20 ans. Pour cela, il est nécessaire de procéder à son entretien régulier et de soigner particulièrement son compresseur qui est la partie la plus vulnérable de la pompe à chaleur air-air.

Quelle est la consommation électrique d’une pompe à chaleur air-air ?

Pompe à chaleur air-air dans une maison de 100 m² : 5 100 kWh, soit environ 814 € par an. Pompe à chaleur géothermique dans une maison de 150 m² : 5 250 kWh, soit environ 838 € par an. Pompe à chaleur air/eau ou géothermie dans une maison de 220 m² : 7 700 kWh, soit environ 1 230 € par an.

Est-ce que la pompe à chaleur consomme beaucoup d’électricité ?

Selon l’ADEME, une pompe à chaleur aérothermique consomme en moyenne 51 kWh/m²/an contre 35 kWh/m²/an pour une pompe à chaleur géothermique.

Comment moins consommer quand je chauffe dans mon logement ?

Sachez par exemple que vous pouvez réduire votre consommation de chauffage de 7% en baissant la température de votre logement de 1 degré.

  • Choisissez la bonne température.
  • Chauffez uniquement lorsque cela est nécessaire.
  • Aérez bien votre maison.
  • Suivre les brouillons.
  • Empêcher la chaleur de s’échapper.

Quel est le mode de chauffage le plus économique en 2022 ? Parmi toutes les chaudières du marché, la chaudière biomasse est l’une des plus économiques en fonctionnement. Celui-ci fonctionne comme les autres : la chaleur produite après combustion va chauffer le circuit de chauffage central. Il est même possible de produire de l’eau chaude sanitaire (ECS).