Lors de vastes incendies de forêt, le survol des zones enflammées par des avions est courant, mais aussi dangereux. Afin d’éviter de prendre des risques, l’entreprise américaine Lockheed Martin a mis au point un hélicoptère autonome dont le plan de vol est programmable par les équipes. Testé pour la première fois en octobre dans l’Idaho, aux Etats-Unis, cet hélicoptère est capable de déverser de grandes quantités d’eau dans des zones peu accessibles. Jusqu’ici rien de vraiment nouveau. Mais l’innovation ne s’arrête pas là. Doté de nombreux capteurs, il peut intervenir à chaque instant, et notamment pendant la nuit malgré l’obscurité ou dans des fumées très épaisses, ce qu’un être humain ne peut pas faire. Il pourrait ainsi permettre de réaliser trois fois plus d’opérations.

“Les feux dans les terres sauvages sont un énorme problème, particulièrement dans l’Ouest américain, explique Mark Bathrick, directeur du Département des Services d’aviation de Lockheed Martin. Je pense que cette technologie pourrait être adaptée à d’autres hélicoptères, des avions-citernes ou autres. (…) Elle permet d’augmenter la sécurité, non seulement pour les pompiers au sol, mais aussi pour les communautés qu’ils sont venus protéger.”

k max photo 2
Photo par LockheedMartin

Une application pour accompagner les pompiers pendant leurs interventions

Qu’il s’agisse d’un accident de la route ou d’un incendie, les pompiers ont besoin de nombreuses informations en temps réel pour prendre les meilleures décisions possibles. Faut-il encore pouvoir y accéder facilement. Pour faciliter l’accès à ces données cruciales, un jeune pompier américain féru d’informatique, Patrick Jackson, a créé une application pour Google Glass. A voir aussi : « Le mobilier 3D tient la promesse d’une production hyperlocale », Sylvain Charpiot. Équipé de ses lunettes, il est capable de voir toutes les informations rassemblées par les équipes en charge d’établir le plan d’action en temps réel : localisation exacte du feu, structure de l’immeuble, accès aux bornes incendies etc. L’application est également capable d’enregistrer le départ de la caserne et l’arrivée sur le lieu de l’incendie, des moments importants pour les enquêteurs, dans le cas d’incendies criminels, mais aussi pour la formation des jeunes recrues. Cette innovation pourrait se révéler très utile dans d’autres domaines comme les services d’urgences des hôpitaux.

Le t-shirt et la veste connectés pour les « premiers intervenants du futur »

Collecter et analyser les informations en temps réel, c’est aussi ce qui motive le programme européen E-Sponder, intitulé « une approche globale pour former les premiers intervenants du futur » et lancé à Athènes en 2010. Équipés de vestes et de t-shirts bardés de capteurs, les équipes peuvent transmettre en temps réel des informations concernant la température, l’humidité ou encore la composition de l’air à leur centre de commandement. Voir l’article : Santé mentale : la liste des pays qui prennent soin de leurs habitants dévoilée. Ce dernier rassemble alors les données sur une tablette numérique avant de prendre les décisions quant aux interventions.

exercice-et-presentation-finale-e-sponder-au-cetis,
Photo par E-Sponder
par Camille Gicquel