Au Mondial de l’Automobile de Paris la semaine dernière, le phénomène des véhicules à hydrogène fait l’émotion, en dehors des constructeurs chinois. Faouzi Annajah, un jeune passionné d’automobile et patron de la startup NamX a présenté un prototype baptisé « HUV » [pour SUV à hydrogène]. Parallèlement à un concept innovant, il rêve de le produire en partie au Maroc.

Oui, un autre fan d’hydrogène ! De quoi relancer le débat sur cette solution aujourd’hui chère, peu économe en énergie, et toujours très polluante puisqu’aujourd’hui l’hydrogène est majoritairement produit à partir d’énergies fossiles.

Mais le franco-marocain de 29 ans Faouzi Annajah, né dans le Val-d’Oise au nord de Paris, croit au développement de l’hydrogène bas carbone à l’avenir. Entre-temps, il débarque au Mondial de l’Auto avec un SUV aux lignes félines, et à côté, des sortes d’armoires de rangement contenant de longues capsules amovibles. Celles-ci fournissent un autre réservoir du véhicule, donc en hydrogène, une solution qui s’avère moins chère que les bornes de recharge classiques.

« Il y a un plan en France, « Hydrogène 2030 » pour déployer un millier de stations d’ici 2030, explique le patron de NamX. Mais d’ici là, nous devons proposer de vraies solutions à nos clients. C’est pourquoi nous avons pris, entre guillemets, le taureau au klaxon, en développant cet Ecosystème « CapXtores ». C’est le premier au monde. C’est un système où l’on récupère les fameuses capsules d’hydrogène comme les bouteilles de gaz ou les capsules Nespresso, et on les met dans la voiture pour avoir plus d’autonomie. »

Parallèlement à une célèbre pub de café visitée par l’acteur George Clooney ? Faouzi Annajah s’occupe également de sa publicité. A l’écouter, comme dans toute véritable épopée industrielle, son projet est parti simplement, d’une feuille blanche il y a cinq ans.

« C’était un document Word, que j’ai appelé ‘The Ultimate Project' », se souvient le jeune homme. En fait, j’avais déjà créé une société informatique, mais pour moi, ce n’était pas un moment fort. Je voulais vraiment quelque chose dans la voiture qui est ma première passion. Tous les deux ans, quand j’étais enfant, je venais ici avec mon grand frère, ma grande sœur et mes parents ici. Ce fut un événement très manqué, le meilleur moment de l’année pour moi en tant que passionné de voitures. Maintenant, cela signifie beaucoup pour moi d’être là en tant qu’exposant pour la première fois, dit-il ».

Il faudra au jeune homme de banlieue, fils d’ouvrier de Renault, pour s’attaquer à la légende de l’automobile. Pininfarina, le célèbre designer italien Ferrari et Peugeot acceptent de travailler avec lui et son nouvel associé Thomas de Lussac, designer.

« Nous avons levé notre premier argent. De ce fait il a été possible de faire un « proto » [prototype, ndlr] avec Pininfarina. Ils ont fait le prototype que vous voyez, la voiture. Pininfarina et mon équipe ont conçu ensemble ce projet », se souvient le designer autodidacte.

L’enjeu aujourd’hui pour Faouzi Annajah est de réunir les fonds qui lui permettraient de lancer une production industrielle entre l’Europe et l’Afrique. Plus précisément au Maroc, le pays de ses parents. C’est son rêve. Elle vise le « premium » donc, des véhicules chers, très chers entre 65 000 et 95 000 euros, d’abord. « [L’objectif est] d’installer enfin un constructeur automobile entre l’Afrique et l’Europe sur un emplacement premium. C’est commencer par le haut pour gagner en crédibilité, installer une vision stratégique à long terme puis se déployer sur des véhicules plus accessibles. Alors, menez différentes levées de fonds, différents partenariats avec des industriels au fur et à mesure. Et ce n’est qu’une question de temps. Nous utilisons notre programme comme convenu et j’espère que nous pourrons livrer nos premiers clients en 2026 », résume M. Annajah, confiant.

Le plus dur pour la start-up commence à Paris. Trouver des partenaires au Maroc. « Dans peu de temps, il y aura des annonces mais nous avons rencontré les grands acteurs marocains en matière d’industrie. Pour le moment, en tout cas, on parle d’un montage, mais bientôt des annonces seront faites sur la vision industrielle de l’usine », promet le jeune entrepreneur. A continuer, donc. Pour l’instant, il n’y a pas de solution miracle. pour l’environnement au projet. Il sert bien un créneau. NamX a lancé les précommandes ce jour-là sur le salon. Acheteurs potentiels ? Riches passionnés de belles voitures et d’hydrogène, notamment en Europe.

En effet, les voitures à hydrogène sont actuellement très chères à produire et sont donc vendues à des prix extrêmement prohibitifs. Les premiers prix avoisinent les 65 000 euros, les produits neufs atteignant leur prix de 72 000 euros.

Quel est le problème de l’hydrogène ?

Lorsque l’hydrogène est produit à partir d’hydrocarbures, cela crée de nombreux problèmes écologiques. Ceci pourrez vous intéresser : La voiture électrique peine à convaincre les Français. Premièrement, ces hydrocarbures, ces énergies fossiles, doivent être extraites, ce qui génère une dégradation de l’environnement et des émissions de CO2.

Pourquoi l’hydrogène n’a-t-il pas d’avenir ? La raison pour laquelle l’hydrogène est inefficace est le processus de transfert d’énergie nécessaire pour alimenter une voiture. C’est ce qu’on appelle parfois la transition des vecteurs énergétiques.

Pourquoi l’hydrogène n’est pas la solution ?

Mais l’hydrogène n’est pas une solution miracle écologique. A voir aussi : Boris Johnson réduit les coûts avec une voiture électrique. Il génère de la pollution et, en raison de sa faible efficacité, il n’attire pas les utilisations où l’électricité peut déjà remplacer les combustibles fossiles.

Quel est l’inconvénient de l’hydrogène ?

Les inconvénients de l’hydrogène Le plus gros inconvénient de l’hydrogène est que l’exploitation de cette énergie est encore relativement coûteuse. Dans ce cas, le coût de production de l’hydrogène vert est compris entre 3 et 6 €/kg alors que le coût de production de l’hydrogène gris est de 1,5 €/kg.

Est-ce que l’hydrogène est polluant ?

Alors, notez d’abord que l’utilisation de l’hydrogène pour produire de l’électricité dans une pile à combustible ne génère que des eaux usées. Il n’y a pas d’émission polluante sur le site en question. Il peut donc être utilisé pour être qualifié de propre.

Voiture électrique : Wattpark, la startup française qui rêve de devenir le lieu de recharge d'Airbnb
Voir l’article :
Louer son appartement à des particuliers pour un week-end ou quelques semaines…

Quel est l’inconvénient de l’hydrogène ?

Les inconvénients de l’hydrogène Le plus gros inconvénient de l’hydrogène est que l’exploitation de cette énergie est encore relativement coûteuse. Dans ce cas, le coût de production de l’hydrogène vert est compris entre 3 et 6 €/kg alors que le coût de production de l’hydrogène gris est de 1,5 €/kg.

Quels sont les avantages et les inconvénients du dihydrogène ? Les avantages et les inconvénients de l’hydrogène L’hydrogène présente de nombreux avantages : c’est une vraie solution pour remplacer les énergies fossiles (notamment pour les transports car l’autonomie est grande). Nous consommons de l’énergie sans émettre directement de gaz à effet de serre.

Quel est le principal inconvénient d’une pile à hydrogène ?

Cependant, la pile à combustible présente également un inconvénient majeur. L’hydrogène n’existe pas naturellement sur notre planète. Autrement dit, contrairement aux combustibles fossiles, l’hydrogène ne peut pas être extrait mais doit être produit.

Quels sont les risques à l’utilisation de l’hydrogène ?

Risque de formation de feuillets explosifs : l’hydrogène se propage plus rapidement que les carburants conventionnels. Il s’évapore 4 fois plus vite dans l’air que le gaz naturel et 12 fois plus vite que la vapeur d’essence. Cette volatilité est un facteur de protection qui limite la formation de feuillets d’hydrogène.

Sur le même sujet :
Une mesure de sécurité sans nom. Après dix-huit mois de négociations et…

Quel avenir pour la voiture à hydrogène ?

Autour de l’année 2024, grâce à la production de ce gaz il sera possible de générer près de 6 gigawatts d’énergie et environ 40 gigawatts en 2030. Ce plan européen, qui incite entre 180 et 470 milliards d’euros d’investissements jusqu’en 2050, devrait participer dans une expansion rapide de cet investissement. voitures à hydrogène dans les années à venir.

Quels sont les inconvénients de la voiture à hydrogène ? Un des inconvénients de la voiture à hydrogène vient de la production d’hydrogène. Quelle que soit la méthode utilisée, de grandes quantités d’énergie sont nécessaires pour produire ce gaz.

Pourquoi l’hydrogène n’est pas la solution ?

Mais l’hydrogène n’est pas une solution miracle écologique. Il génère de la pollution et, en raison de sa faible efficacité, il n’attire pas les utilisations où l’électricité peut déjà remplacer les combustibles fossiles.

Est-ce que l’hydrogène est l’avenir ?

La filière hydrogène devrait créer plus de 100 000 emplois d’ici 2030. Les profils d’ingénieurs sont actuellement les plus recherchés, mais le recrutement de techniciens et d’opérateurs sera rapidement nécessaire pour assurer l’exploitation et la maintenance des installations.

Pourquoi les moteur à hydrogène ne sont pas dans les voitures ?

Risques supplémentaires. Ce réservoir haute pression présente également un risque supplémentaire en cas de choc sur le véhicule. D’autant plus que l’hydrogène est très volatil et hautement inflammable.

Pourquoi l’hydrogène est-il dangereux ? Les dangers de l’hydrogène. En tant que carburant, l’hydrogène est hautement inflammable et, par conséquent, une fuite d’hydrogène constitue un grave risque d’incendie. Cependant, il existe une différence significative entre les feux d’hydrogène et les feux impliquant d’autres combustibles.