FutureMag.fr : toute l'actualité sur l'innovation et le monde de demain
Habitat

A Vannes, le déclin en trompe l’oeil du logement social

A Vannes, le déclin en trompe l'oeil du logement social

La rénovation du Square Mor-Bihan, comme de la Cité Le Bris, va s’accompagner sur ces deux quartiers d’une baisse conséquente des logements sociaux. À l’échelle de la ville de Vannes, en revanche, le nombre de logements aidés continue de croître.

Avec certitude. Il y aura moins de logements sociaux dans le programme immobilier du futur Square Mor-Bihan. Il y a 150 logements dans le complexe HLM appelés à être détruits à partir de l’automne prochain. Depuis vendredi 20 mai, on sait qu’il y en aura 167 dans le futur quartier après le choix du projet proposé par le cabinet d’architecture BNR Clénet Brosset. « Il y aura environ 25 % de logements locatifs sociaux, 25 % de logements sociaux sous forme de bail immobilier solidaire et 50 % de logements libres. Alors oui, forcément, les logements sociaux vont diminuer dans ce quartier », explique Hortense Le Pape, présidente de Vannes golfe habitat (VGH). C’est un choix assumé de la part du bailleur social qui a fixé la proportion de logements à loyers abordables sur ce programme immobilier. Il a une raison financière : « Il y a un équilibre économique à trouver. Les logements attribués au secteur privé permettront de financer la démolition d’immeubles anciens et la construction de nouveaux appartements destinés au public éligibles aux appartements aidés ».

Ceci pourrez vous intéresser :
Lycéens, parents d’élèves, la fin de l’année scolaire approche ! Et sur…

« Mixité à l’envers »

La logique est la même à Cité Le Bris. Voir l’article : Logement et pouvoir d’achat : gel des loyers au menu du futur gouvernement. Le nombre de logements augmentera légèrement, passant de 100 à 120 ou 130 logements, mais là où il y avait 100 % de logements sociaux, il n’en restera que 50 %. Réduire drastiquement la part des logements à loyers abordables pose question dans un contexte où l’immobilier devient de plus en plus inabordable dans le secteur de Vannes.

Hortense Le Pape réfute l’idée d’un retour en arrière sur le sujet : « Vannes remplit aisément les conditions que lui impose la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain). On est à 24% de logements aidés (*) alors qu’on nous demande 20%. Et il n’est pas question que ce taux baisse. » Le président de VGH explique cette politique du logement par une volonté de créer une « mixité inversée ». C’est ce qui va se passer sur l’ancien site EDF de Bondon, 220 logements y sont prévus dont 25% de logements sociaux.

Lire aussi :
La ville d’Oration recherche jusqu’au 5 août un bureau d’études qui pourra…

Moins de 10 % dans les autres communes de l’agglo

Selon les chiffres de l’Observatoire du Morbihan, qui s’appuient sur l’Annuaire des logements locatifs des bailleurs sociaux, en valeur absolue le nombre de logements sociaux à Vannes est en constante augmentation. En 2013, ils étaient 5 815 à Vannes. On en dénombrait 6 354 au 1er janvier 2021. C’est toutefois encore nettement moins qu’à Lorient qui en compte près de 9 000, ce qui représente près de 28 % des résidences principales. Ceci pourrez vous intéresser : BNR Clénet Brosset avec 167 logements pour le prochain square Mor-Bihan à Vannes. A Vannes, ce taux est de 22,1 % selon les chiffres communiqués par l’Agence départementale d’information sur le logement. A titre de comparaison, ce taux était de 20,8 % en 2013. Vannes concentre à elle seule plus de logements sociaux que les 33 autres communes de l’agglomération. Au total, ils proposent 4 744 appartements et pavillons HLM, ce qui porte leur parc social à moins de 10 % des résidences principales.

(*) Si l’on inclut les logements autres que ceux des bailleurs sociaux : résidences, résidences universitaires, etc.

À Vannes, la baisse en trompe-l’œil des logements sociaux Réservé aux abonnés

Où prendre sa retraite dans le Morbihan ?

La Ville de Vannes (Morbihan) figure en troisième position du palmarès 2020 des villes où il fait bon s’installer pour sa retraite, établi chaque année par Le Figaro.

Quels quartiers éviter à Vannes ? Rien à voir cependant avec les deux principaux « points de vigilance » du bailleur social à Vannes : la Cité Armorique, à Kercado, et la rue Sonia-Delaunay, à Ménimur.

Où acheter en Bretagne pour la retraite ?

Deux villes bretonnes, Saint-Malo et Vannes, figurent dans le Top 50 national du palmarès des villes où s’installer pour sa retraite, selon Le Figaro.

Où Fait-il bon prendre sa retraite ?

Senior : top 10 des villes où il fait bon vivre pour sa retraite

Où vivre à Vannes ?

S’installer en Bretagne : où vivre à Vannes ?

Où fait-il bon vivre dans le Morbihan ? Pour la deuxième année consécutive, la commune de Locmiquélic s’est classée 1ère au classement 2022 des villes et villages du Morbihan où il fait bon vivre, dans la catégorie des communes de 3 500 à 5 000 habitants.

Où habiter en Bretagne en 2050 ?

Concarneau, Bretagne, 5 août 2050 C’est parti pour deux semaines de vacances au bord de l’eau. Plages de sable fin, eaux turquoises, pinèdes… La côte sud du Finistère a des airs de Riviera, d’autant plus qu’il fait régulièrement plus de 30°C en été.

Quel est l’endroit le plus chaud de Bretagne ? En été, le climat le plus chaud mais pas étouffant se trouve dans le Morbihan. Contrairement à Brest qui est dans le Finistère où les températures sont plus basses. La presqu’île armoricaine bénéficie d’un véritable climat océanique.

Comment sera la Bretagne en 2050 ?

Plus de jours au dessus de 25°C. A Guingamp, le nombre de jours d’été où la température dépasse 25°C passera de 11 jours (8 à Lannion) par an en moyenne, actuellement, à 23 jours (17 à Lannion) en 2050. A l’intérieur, à Merdrignac, ce cours serait dépassé 37 jours par an.

Où se trouve le microclimat en Bretagne ?

Situé à proximité de la rade de Brest, le village de Logonna-Daoulas est protégé des vents, il bénéficie donc d’un microclimat qui permet aux palmiers et mimosas de passer l’hiver sans encombre. De même, Roscoff abrite un jardin exotique.

Où vivre en Bretagne en 2050 ?

Concarneau, Bretagne, 5 août 2050 Plages de sable fin, eaux turquoises, pinèdes… La côte sud du Finistère a des airs de Riviera, d’autant plus qu’il fait régulièrement plus de 30°C en été.

Quelle est la ville la plus agréable à vivre en France ?

Depuis plusieurs années, les régions Pays de la Loire et Bretagne se disputent la première place du podium des régions où il fait bon vivre, suivies de près par la Nouvelle-Aquitaine.

Où vivre en France en 2022 ? Paris en tête du classement Il y a par exemple 858 médecins pour 100 000 habitants, c’est le double des villes qui arrivent en deuxième position sur ce critère, à savoir Lyon (448), Villeurbanne (448) ou Aix-en-Provence (444) .

Related posts

Rhône. A Villefranche-sur-Saône, ils construisent ensemble leur future maison

3 semaines ago

Le futur musée de l’habitat populaire recherche … des logements HLM

3 mois ago

A Saint-Jacques-de-la-Lande, une résidence inaugurée pour répondre à la précarité immobilière

5 mois ago
Quitter la version mobile